Mieux vivre sa bipolarité

Pour commencer, cet article ne remplace pas un suivi avec un psychiatre ou l’arrêt du traitement pour vivre sans médicaments et sans psychiatre.

C’est même le contraire. Je voudrais simplement partager avec vous mon expérience pour que vous puissiez trouver une stabilité quotidienne dans vos troubles de l’humeur.

En gros: vivre mieux avec sa bipolarité.

Accepter le diagnostic

C’est la première étape. Si vous n’acceptez pas votre maladie, vous ne serez pas en mesure de la prendre en charge.

Accepter demande du temps. Lisez les témoignages de personnes stabilisés et vous verrez qu’il est possible d’avoir une vie où l’on est heureux malgré cette maladie.

Parlez-en avec votre psychiatre, votre psychologue ou des forums.

Il existe aussi des groupes sur Facebook dédiés aux bipolaires.

En conversant avec d’autres personnes, vous arriverez petit à petit à accepter le diagnostic.

Suivre son traitement

Pour vivre ses troubles de l’humeur, il est important de suivre votre traitement à la lettre car vous n’êtes pas psychiatre, même si vous pouvez bien connaître tous les médicaments que vous prenez.

Et si vous décidez de les arrêter du jour au lendemain, pour voir si vous pouvez vivre sans, parlez-en à votre médecin.

Vous pouvez tester si vous êtes sous traitement depuis plusieurs années et que vous pensez qu’il est possible de vivre sans traitement.

Pour certaines personnes, ça marche. Ils arrivent à stopper le traitement et retrouvent des humeurs stables sans médicament.

Mais, n’oubliez pas: la maladie sera toujours là. Elle peut juste devenir latente pendant un certain temps. 

Consulter régulièrement un psychiatre

Il est important, même si vous veniez à arrêter votre traitement, de continuer à avoir un suivi psychiatrique.

Voyez cela comme le diabétique qui consulte son diabétologue régulièrement pour vérifier si tout se passe bien.

Faites une psychothérapie

Il est démontré qu’associer traitement avec une psychothérapie permet de mieux stabiliser la maladie.

Une TCC (thérapie cognitive comportementale) est certainement la forme de thérapie la plus efficace pour gérer sa bipolarité au quotidien.

Mais, n’étant pas moi-même une professionnelle de la santé, je vous suggère d’en parler avec votre médecin ou votre psychiatre pour cibler la forme de thérapie qui vous convient.

Ayant une hygiène de vie saine

Chez tout le monde en général, avoir un mode de vie sain permet d’avoir une meilleure santé et de vivre bien dans sa peau.

Pour commencer avec l’alimentation, je vous conseille de lire mon autre article: vers une alimentation plus saine

Bien manger est important pour le bipolaire. C’est d’autant plus important sachant que cette maladie est due à un dérèglement neurochimique.

Vous pouvez faire du sport: jogging, yoga, natation, fitness.

Choisissez une activité sportive qui vous convient, que vous aimez (très important pour la motivation) et qui entre dans votre vie quotidienne.

N’oubliez pas de vous faire plaisir. Ça fait toujours du bien au moral.

Tenez un journal de bord 

En écrivant régulièrement dans un carnet dédié à votre bipolarité, vous serez en mesure de mieux vous connaître.

Se connaître, reconnaître rapidement les symptômes de la maladie qui se déclenche chez vous permettra de limiter la casse.

En crise d’hypomanie ou de manie, le bipolaire est déconnecté de la réalité et peut se mettre en danger.

Par exemple, je connais les signes avant coureurs chez moi qui indique que j’entre en hypomanie ou que je fais un virage maniaque sous antidépresseurs.

  • Je mange peu et je ressens peu la faim.
  • Je peux dormir moins que d’habitude et je reste en forme, sans être vraiment fatiguée dans ma journée.
  • Je bois beaucoup de café et je fume deux fois plus.
  • Je parle beaucoup plus et plus vite que d’habitude.
  • Je suis tout le temps euphorique (pas simplement joyeuse mais euphorique).
  • Je suis excitée comme si j’avais pris une drogue excitante (style du speed).

En savoir plus sur sa maladie

Plus vous en saurez plus (articles, livres, vidéos etc…) sur votre maladie, mieux vous serez en mesure de gérer votre bipolarité au quotidien.

C’est ainsi que moi, j’ai pu mieux me connaître, accepter et collaborer avec ma psychiatre pour vivre au mieux ma maladie dans mon quotidien.

Voilà. J’espère que cet article a pu vous aider.