Textes

Avoir 16 ans

J’ai retrouvé un texte que j’avais écris quand je venais d’avoir 16 ans. Cela est bien loin maintenant mais ce texte souligne comment on peut croire, espérer qu’atteindre un certain âge ouvre des portes.

Mais, en fait, les portes n’existent pas. Seulement en nous, et ce monde nous fait croire pourtant qu’atteindre tel ou tel âge, c’est important.

Voilà le texte:

14 avril 1997.

C’est bête, je me dis. Avoir 16 ans, ça peut signifier beaucoup pour chaque jeune. En Amérique, un jeune de 16 ans peut vivre seul et travailler. Ah ! Si j’avais ce droit. Attendre 18 ans pour être indépendante, c’est trop. Je m’assume depuis bien longtemps. 16 ans ! Je me conduis toujours comme une petite fille de 15 ans ou 14 ans. Au fond je ne veux pas grandir. Je veux rester une petite fille et être indépendante de moi-même. Je voudrais garder cette franchise, cette innocence qui m’était si familière. A 14 ans, je me disais qu’à 16 ans je travaillerai pour avoir du fric.

Je voulais être comme tous les autres jeunes de 16 ans. Aller, de temps en temps, boire un verre dans une taverne bien calme pour rêver dans le brouhaha enfumé des clients. J’ai 16 ans et je suis paumée car je ne sais pas quoi faire de ma vie. Avant tout, sortir du cercle familial. Il y a trop de pressions chez moi, trop. Même s’ils ne comprendront jamais la raison de mon départ, je partirai. J’aurai un appart et je n’entendrai plus les cris, les disputes. Avoir tout mon temps devant moi. Travailler à mi-temps et faire tout ce que j’ai voulu faire. Dessiner, faire du yoga.

Me voilà encore bien naïve. Je rêve de mes 18 ans comme je rêvais de mes 16 ans. J’ai perdu trop de temps. Je ne serai plus jamais l’adolescente que je suis et pourtant je voudrais l’être toute ma vie. Alors, il faudra refuser de grandir et c’est un choix bien difficile car jamais je ne trouverai ma place chez les adultes. Oh ! Tanpis. D’ailleurs, je les hais tant. Ils sont hypocrites, traîtres et dépressifs. Je refuse de grandir. Non ! Jamais je ne serai comme tous ces adultes.

J’ai 16 ans et je suis paumée. J’aime pas user mon peu de fric et pourtant je dois bien car j’en ai assez de me refuser ces pizzas, ces gaufres ou encore ce carnet qui me plaît tant. Au fond à quoi bon avoir tous ces privilèges ? Quand je les aurai, je m’ennuierai. Mais je voulais être comme tout le monde, sauf sortir en boîte de nuit. Je n’aime pas les dancings. Je voulais plus être paumée car je croyais, à 14 ans, qu’avoir 16 ans c’est ne plus être paumée. Pourtant, j’ai 16 ans et rien en commun avec tous les jeunes de mon âge. Même par mon look. Oh ! J’en ai assez que l’on me prenne pour une petite fille. Je croyais qu’à 16 ans j’aurai pu être plus jolie mais c’est pas possible de se faire plus vieille ici. Je croyais qu’à 16 ans je serai une autre fille mais je suis toujours l’adolescente paumée, une petite fille qui ne trouve toujours pas sa place dans cette société. Parce que je refuse ce qu’on m’a imposé.

Avoir 16 ans, c’était être un peu plus belle, du fric, être joyeuse… Avoir 16 ans, c’était une illusion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »