Prendre soin de soi

J’ai décidé de rédiger cet article surtout pour les personnes qui, comme moi, ont eu de gros soucis dans leurs vies et qui les ont conduite à ne plus savoir comment prendre soin de soi.

Si vous êtes aussi dans le rythme boulot – métro – dodo , jetez un coup d’œil car certains éléments de cette page peuvent vous inspirer ou vous aider.

Pour parler un peu de moi, j’ai connu de nombreuses périodes où je ne savais plus ce que voulait dire prendre soin de soi. Du coup, ces derniers temps, je me suis planché sur la question et j’ai pris le temps de méditer dessus.

J’ai connu de nombreuses phases dépressives et divers problèmes qui faisaient que je décrochais complètement de la vie quotidienne. Mais lorsque je réussissais à en sortir, comme après une longue période de dépression sévère, je ne savais plus ce qu’était répondre à mes besoins, savoir de quoi j’avais besoin, me cadrer etc…

Nous allons alors commencer.

Identifier ses besoins

Avant de chercher à prendre soin de soi, autant savoir de quoi vous avez besoin.

Identifier ses besoins paraît facile, évident surtout. Vous allez me dire : ben oui, je mange, je dors et je me lave .

Mais je peux vous assurer (l’ayant vécu) que prendre ne fut-ce qu’une petite douche le matin peut s’avérer une montagne.

C’était mon cas quand j’étais en dépression et à l’hôpital. Quant à le faire chez moi, cela me coûtait un effort surhumain.

Alors, après avoir remis le pied à l’étrier, il est important de revoir ce dont vous avez réellement besoin.

Comment faire ?

  • Prenez un cahier ou une grande feuille.
  • Notez selon la liste suivante quels sont vos besoin physiques, mentaux et émotionnels.
  • Gardez ça sous le coude.

Donc, il ne s’agit pas seulement de savoir quels sont vos besoins physiques comme manger ou dormir.

De mon côté, j’avais oublié de noter dans mes besoins physiques se soigner. Bien sûr, cela semble évident mais lorsque vous sortez d’une période très troublante pour vous, vous n’y pensez que lorsque vous avez la grippe par exemple.

Et vous pouvez même vous dire  » mais non, ce n’est pas grave, pas besoin de voir le médecin  »

Et je réponds ceci: comment pouvez-vous prendre soin de vous si vous refusez d’aller voir votre médecin quand vous êtes malade ?

Beaucoup de gens décident de ne pas se soigner par exemple parce qu’ils ont des responsabilités à assumer et qu’il n’ont pas le temps. Ce n’est pas que vous n’avez pas le temps, c’est que vous ne prenez pas le temps. Nuance.

Donc, identifier ses premiers besoins, c’est aussi décider de les mettre en avant pour prendre soin de vous.

Ensuite, pourquoi parler de besoin mental et émotionnel ?

Parce que vous n’êtes pas simplement un corps avec pleins d’organes.

Par exemple, quand j’ai établi la liste de mes besoins mentaux, je fus surprise de découvrir que j’avais vraiment besoin de calme et de sérénité.

Donc, des activités comme le yoga ou la relaxation me font un bien fou. Je sais alors que j’ai besoin de me relaxer et je sais vers quelles activités me tourner.

Dans la case émotionnelle , j’ai vu que je ressentais aussi le besoin d’exprimer mes émotions. Besoin soit de les partager, soit de les écrire.

D’où mon journal intime qui est devenu un défouloir émotionnel. Dès que je suis prise d’une émotion forte, je m’isole et j’écris jusqu’à ce que ça passe.

Notez la pensée suivante: Je ne suis pas responsable de mes émotions. Par contre, je suis responsable de ce que j’en fais.

Maintenant que vous avez identifier vos besoins, gardez bien précieusement cette liste car elle va vous aider tous les jours et pour la suite de cet article.

 Avoir un cadre

Certaines personnes ont grandi avec des parents qui leur ont donné un cadre de vie comme manger à repas fixe, avoir des loisirs à des moments précis, faire des devoirs etc…

Mais ce n’est pas le cas de tout le monde (comme le mien) et en plus, on peut perdre un cadre dans lequel on vit depuis plusieurs années quand on a une grave maladie ou que l’on vit un deuil.

Se cadrer ou se recadrer à nouveau demande des efforts.

Du coup, je vais vous partager ma propre expérience. J’ai appris à me cadrer mais j’ai commis quelques erreurs au départ que je rectifie maintenant.

Il y a quelques mois, je me suis rendue compte que je ne savais me cadrer. Du coup, j’ai eu une idée et j’ai acheté un carnet (parce que j’ai une panoplie de carnets dédiés chacun à un élément particulier de ma vie) qui m’a servi d’y noter un planning quotidien.

Comment ai-je fait ?

Tout d’abord, je notais la date. En dessous, dans une couleur bien précise (par exemple le rouge), j’y notais maximum deux objectifs à atteindre ce jour-là.

Ensuite (de couleur noir), j’y notais ce que je devais faire heure par heure et je notais les choses à faire en bleu.

Pourquoi écrire avec différentes couleurs ? Parce que j’avais une vue claire et net.

Mais, le plus important était de noter les petits rituels de la vie quotidienne comme prendre une douche ou manger à telle heure.

Ensuite, j’y notais mes activités et mes rendez-vous (en ce moment, je n’ai pas de travail).

Voilà ce que cela donnait:

7h: debout. Petit déjeuner. Prendre mon traitement.

7h30: prendre une douche.

8h -10h: nettoyer mon studio.

11h: préparer le repas.

12h: manger.

12h30 – 13h: sieste.

13h30: sortir pour aller à mon rendez-vous avec la psychiatre.

14h30: retour à la maison.

15h: travailler sur mon site web.

16h: séance de méditation avec mon application Petit Bambou.

17h: un peu de TV ou de lecture ou de musique.

18h: préparer à manger.

19h: manger et prendre mon traitement.

19h30 – 21h: TV.

21h -22h: un peu de relaxation avec mon application Relax Mélodies. 

22h: dodo.

Voilà un exemple de planning que je définissais.

Puis, le cadre a sauté et je me suis retrouvée dans une période très compliquée pour moi pour diverses raisons.

Et maintenant, j’ai compris qu’il est bien de se cadrer mais mon planning manquait cruellement de souplesse.

Je pensais à tout faire heure par heure. Je ne laissais aucun temps de repos ou temps libre pour laisser place à ma journée à des envies ou rebondir si j’avais un imprévu.

Je dirai ceci: Imaginez que vous avez un violon ou une guitare. Si la corde que vous voulez accorder est trop tendue, elle casse. Si elle est trop souple, aucun son ne sortira de votre instrument.

Il faut trouver le juste équilibre entre un cadre trop strict et un cadre trop souple. 

Alors, je révise mon planning pour me cadrer de la façon suivante:

7h – 8h: debout. Petit déjeuner. Prendre mon traitement. Prendre une douche.

8h – 9h: temps libre. (bref, je vois ce que je dois ou veux faire).

9h – 10h30: ménage.

11h30: préparer le repas.

12h: manger.

13h30 -14h30: rendez-vous chez ma psychiatre.

18h: faire à manger.

18h30: manger. Prendre mon traitement.

21h30 -22h: relaxation pour me préparer au dodo.

22h/22h30: dodo.

Déjà là, on voit que c’est beaucoup plus souple. Je ne note pas tout heure par heure car je ne sais pas comment va se passer ma journée dans les moindres détails.

Mais, je sais que j’ai besoin de reprendre l’habitude de déjeuner, de me laver, d’avoir des repas fixes et laisser toujours une place à l’imprévu pour que je puisse rebondir comme un chat.

Bon, maintenant que vous en êtes arrivé là et je sais que cet article est bien long, je vais passer à un élément très important quand on veut prendre soin de soi: écouter aussi ses envies. 

De quoi ai-je envie ?

Quand on veut prendre soin de soi, il est aussi important d’être à l’écoute de ses besoins autant que de ses envies.

Cependant, la première étape est de savoir de quoi vous avez envie. Vos désirs ne sont pas les mêmes que ceux de votre mari ou de vos enfants.

Il suffit tout simplement de dresser votre liste d’envie. Un peu comme sur Amazon quand vous avez votre liste pour les achats que vous envisagez de faire.

Toutefois, cela va de pair avec ses besoins. C’est pour ça que j’ai d’abord parlé des besoins avant des envies.

Il est aussi important de différencier ses besoins de ses envies. 

Il existe aussi des choses qui sont à la fois dans la catégorie besoin et envie.

Exemple: faire un sport ou du Yoga me concernant.

Autre exemple: avoir un téléphone qui réponde aussi à tous ses besoins (qui varient d’une personne à une autre). C’est une envie que d’acheter un nouveau smartphone mais je le classe aussi dans la liste besoin.

Et comment faire pour répondre à ses envies sans les faire passer avant ses besoins ?

Vous pouvez établir dans votre carnet planning de la journée la liste de vos envies et voir comment y répondre par exemple.

Par expérience, je sais que l’on peut être tenté de répondre d’abord à ses envies avant ses besoins et ses responsabilités.

Alors, en clarifiant les choses dans votre esprit (et j’espère que tout ce que j’ai déjà écrit peut vous aider), on apprend le self control.

Premier besoin (et nécessaire d’avoir de l’argent pour): faire ses courses pour manger.

Bien plus important que d’acheter d’abord ce smartphone même si vous êtes en panne de téléphone.

Vous avez besoin d’un nouveau téléphone mais vous devez d’abord mettre de côté ? Trouvez un petit téléphone lambda qui va vous servir uniquement à appeler jusqu’au moment où vous pouvez vous faire plaisir en continuant à répondre à vos réels besoins.

Je parle de ça parce que je ne suis pas la seule à répondre d’abord à des achats compulsifs avant de faire un plein de courses.

Si vous n’êtes pas dans ce modèle-là, alors pas de soucis pour vous.

Mais différencier besoins et envies est important pour garder un équilibre dans sa vie et éviter bien des soucis.

Et comme rappel (si vous me dites que vous n’avez pas le temps de répondre à vos envies parce que vous travaillez trop et n’avez pas le temps de faire ce sport qui vous tente tant), je répondrai qu’il faut choisir et s’accorder du temps à soi.

Choisir, c’est renoncer. A quoi allez-vous renoncer pour faire enfin de la natation par exemple ? Vous pouvez décider qu’une heure par semaine (ce n’est pas beaucoup dans le fond), vous laissez vos enfants avec votre mari ou chez votre mère. Et vous, vous allez nager.

Vous verrez comme cela vous fera du bien.

Je ne dis pas qu’il faut nier toutes ses responsabilités de la vie quotidienne. Je dis simplement que tout est négociable. Choisir quelque chose, c’est renoncer à une autre.

Voyez de quoi vous avez envie. Donnez-vous le droit de répondre à vos envies, comme vous répondez à vos besoins journaliers.

Et surtout, offrez-vous le temps de prendre soin de vous.

C’est ça la clé.

Merci d’avoir lu ce long article.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *