Toujours à rebondir

Il se peut que dans une vie antérieure j’étais un chat et que j’ai gardé cette capacité à rebondir face aux difficultés qui apparaissent dans ma vie.

Peut-être ?

Je dois avouer qu’en ce moment, en général, je me sens plutôt bien mais je suis de nouveau en cours de stabilisation dans mes troubles de l’humeur. Je vois bientôt la psychiatre et je ne fais pas que parler de bipolarité mais aussi de ma vie en général.

Je me réveille très tôt en ce moment. C’est l’occasion d’en profiter pour faire le ménage après avoir pris ma douche.

Cependant, j’avoue que je dois améliorer mon hygiène de vie. Me cadrer à nouveau. Me relever car j’ai connu des mois difficiles. Et le souci, c’est que je veux accomplir tout d’un coup mais ce n’est pas comme ça que la vie fonctionne.

On dit « prendre son mal en patience ». En fait, je dirai pour moi « être patiente » tout cours.

Je n’aime pas être dans « je veux tout tout de suite« . J’aimerais continuer à avancer vers une plus grande stabilité et je médite sur mon mode de vie. Il y a des choses à améliorer comme fumer moins mais en même temps, je me dis « c’est comme ça pour l’instant« .
Il y a évidemment des choses que je souhaite changer ou plutôt à améliorer. Comme par exemple la gestion de mon argent.

C’est fou car j’ai écris un article à ce sujet et je suis retombée dans mon travers qui est d’être très dépensière. C’est le cordonnier qui est le plus mal chaussé.

Je souhaite écrire un article sur le triangle dramatique (victime, bourreau, sauveur) parce que j’en ai une sacré expérience moi-même mais je n’arrive déjà pas à sortir de ce triangle avec ma mère. Donc, je me dis « soit je l’écris et je m’en inspire » ou « soit j’attends d’en sortir moi-même avant de l’écrire ».

Qu’en pensez-vous ? Vos commentaires sont les bienvenus.

Sinon, j’avoue que je profite du confinement avec le coronavirus pour me recentrer sur moi-même et me relever de cette dernière période pleines de difficultés et d’instabilité.

Je me relève une nouvelle fois.

C’est pour ça que je me dis que je suis comme les chats. Je n’abandonne pas. Je tombe mais je me relève et c’est un choix.

Aller vers une meilleure vie. Continuer à avancer. Et surtout: ne jamais abandonner. Quoi que je traverse et quoi qu’il arrive dans ma vie: choisir de me relever pour réapprendre à marcher. 

Parce que tout passe: les moments de crise, les deuils à faire, les émotions que je ressens, les difficultés qui se présentent dans ma vie etc…

Je suis comme ça: je refuse d’abandonner et je me donne une chance de me relever.

C’est important pour moi. Et cette période de confinement, j’en profite pour me stabiliser et aller vers une meilleure qualité de vie. Car c’est un choix avant tout.

Je terminerai cet article par ceci:

Quoi qu’il arrive, n’abandonnez jamais car la vie vaut la peine d’être vécue.

J’ajoute les paroles d’une chanson de The Corrs qui s’appelle Dream:

Les tonnerres grondent seulement quand il pleut
Les joueurs t’aiment uniquement quand tu joues
Les femmes viennent et partent
Et quand la pluie te lavera, tu comprendras, tu comprendras

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *