Pychologie

Être à l’écoute de soi

Être à l’écoute de soi même n’est pas vraiment évident dans la société occidentale. Ce n’est pas forcément le cas dans la société orientale et je me souviens d’une anecdote qui m’est arrivé alors que j’étais en vacances à Bali.

J’étais dans une petite ville au centre de l’île qui s’appelle Bedugul. Très belle petite ville qui était au bord d’un grand lac.

D’ailleurs, il y avait un temple hindouiste au bord de ce lac et quand on voyait à l’aube le soleil se lever sur le lac, c’était purement magique.

J’avais décidé de m’installer dans cette ville pendant un mois car sa situation était très pratique pour visiter l’île dans sa globalité. De plus, je recherchais calme et sérénité.

J’ai rencontré une famille indonésienne qui m’ont prise comme l’une des leurs. J’étais très touchée par leur accueil.

Il y avait une fille de 16 ans qui s’appelait Titine et j’avais rencontré son oncle, Amine, dès mon arrivée. C’est lui qui m’a conseillé dans quel hôtel s’installer et qui m’a fait visiter l’île au bord de son scooter.

Il y avait un plat nommé bakso ayam. Il s’agissait d’une grande soupe avec des boulettes de riz, des boulettes poulet (surtout) et des légumes dans un bouillon. Délicieux.

Un jour, alors que j’étais chez Amine pour qu’il me montre la recette, j’ai eu un coup de pompe. Amine m’a conduite dans une petite chambre et m’a dit de me reposer.

J’étais en train de me reposer sur le lit, entre l’éveil et le sommeil, quand j’ai senti quelque chose me traverser.
Et, j’ai écrit sur mon mur Facebook la phrase suivante en anglais:

For the first time in my life, I feel a strange emotion. « At home. »

Traduction: pour la première fois de ma vie, je ressens une étrange émotion.  » A la maison. « 

C’était vraiment la première fois que je me sentais bien et à l’écoute de moi-même.

C’est ce qui m’inspire pour rédiger cet article.

Être à l’écoute de soi n’est pas si évident dans une société qui attend de nous de travailler toujours plus, de maintenir sa maison propre et ordonnée tous les jours, de conduire les enfants à l’école et de s’occuper d’eux, de veiller sur nos parents devenus vieux etc…

A quel moment de la journée ou de la semaine êtes-vous à l’écoute de vous-même ? A quel moment lâchez-vous la pression pour être à l’écoute de ce qu’il se passe en vous dans l’instant présent ?

Je suis du genre à me mettre la pression. J’ai été formatée comme ça depuis ma plus tendre enfance et vous aussi.

Être brillant à l’école, un exemple d’éducation et de respect à l’égard de ses parents, fort en sport, cacher ses émotions etc…

Aujourd’hui, je suis formatée à rechercher toujours la meilleure performance: une maison propre et ordonnée tous les jours, de l’énergie pour moi et pour les autres. Et à l’heure où j’écris ces lignes, je ne travaille pas. Je suis inactive dans cette société occidentale qui veut production, travail, résultat etc…

Alors, j’apprends en ce moment à être à l’écoute de moi-même.

Être à l’écoute de son corps

Votre corps vous envoie des signes. Fatigué ? Besoin de repos. Stressé ? Vous aurez certainement des douleurs dans le dos ou dans la nuque.

Mais le souci est que l’on n’est pas à l’écoute de son corps. Le corps n’est pas une machine même si cette société en attend le contraire.

Vous n’êtes pas une machine et vous ne le serez jamais. Votre corps doit se régénérer régulièrement pour que vous puissiez vaquer à vos occupations quotidiennes.

J’ai regardé récemment des reportages sur le monde impitoyable du travail. Et dans certaines entreprises (genre supermarchés ou même Amazon), les gens n’ont pas de condition de travail qui respectent leurs corps.

Prenons le reportage que j’ai vu sur Amazon. Dans les immenses entrepôts où sont préparés les commandes en vue d’être expédiées chez les clients, les employés courent de droite à gauche pour trouver les marchandises ou alors, ils sont au poste pour préparer les colis et font toujours les mêmes gestes.

Résultat: ils ont les tendons qui lâchent avec le temps.

Et les supermarchés (surtout pas cher) ? Les employés lèvent des tas de cartons toute la journée, les caissières restent debout pendant des heures et des heures à la caisse et les préparateurs de commande dans les entrepôts soulèvent jusqu’à 8 tonnes par jour quand ils empilent les produits compactés.

C’est pour cela que respecter son corps après le travail est très important.

C’est bon ! Vous avez fait assez d’effort dans la journée. Faites une pause quand vous rentrez du travail et essayez de ressentir dans quel état se trouve votre corps.

Un bain ou une douche bien chaude vous feront du bien.

Par exemple, de mon côté, j’ai acheté un siège massant sur lequel je m’allonge en fin de journée pour décontracter mon dos.

Être à l’écoute de son corps au travail n’est pas évident mais il est important d’avoir des plages de repos car le corps n’est pas une machine.

Je sais que ce n’est pas évident quand on court dans tous les sens. Mais revenez à l’histoire que j’ai raconté au début de cet article.
Juste le fait de s’allonger une petite demi heure dans une chambre change la donne.

Respecter son biorythme

Notre énergie (qu’elle soit physique, mentale ou émotionnelle) n’est pas toujours en haut. Des jours, on est fatigué. D’autres jours, on a de grosses vagues émotionnelles qui nous vident littéralement.
Et certains jours, se concentrer et réfléchir relève d’un effort plus grand que d’habitude.

Nous sommes tous soumis à ce que l’on appelle les biorythmes. 

Les biorythmes sont des courbes qui changent de jour en jour comme des vagues.

Je vais reprendre la définition de Wikipédia:

Les biorythmes sont une croyance qui affirme que depuis la naissance et jusqu’au moment de la mort, chaque être vivant subirait l’influence de trois cycles principaux : physique, émotionnel et intellectuel dont les phases sont dites positives ou négatives. Mais, à ces cycles naturels, se sont ajoutés d’autres comme les cycles intuitifs, esthétiques, spirituels ou passionnels qui donneraient lieu à des calculs pour évaluer les moments favorables et défavorables pour l’accomplissement de certaines actions.

Mais alors, comment connaître et respecter ses biorythmes ?

Il existe des sites web qui le calculent pour vous ou bien, vous pouvez installer une application sur votre smartphone. C’est ce que j’ai fait.

De mon côté, je vous conseille l’application Biorythmes et jours critiques de Sensortronic Team que vous trouverez sur le Play store.

Ou sinon, testez quelques applications et choisissez celle qui semble le plus juste.

De mon côté, quand je vois que je suis dans une phase down au niveau de mon énergie physique, je me ménage.

Faites de même.

Suivre son ressenti intérieur

Votre intuition ou votre ressenti intérieur ne vous ment pas.

Malheureusement, on vous a appris dans votre enfance à ne pas écouter ce qu’il se passe en vous.
La société dans laquelle nous vivons nous enseigne que notre ressenti ou notre intuition sont erroné. Ce qui est faux en réalité.

De mon côté, j’ai une intuition assez développée mais je ne pense pas qu’elle soit davantage développée que vous.

Lorsque je suis dans une situation et que j’entends un sorte de signal qui me dit bip, bip, bip, je comprends qu’il s’agit là de mon intuition.
Et si je ne l’écoute pas, il m’arrive un problème ou je fais face à des difficultés par la suite.

Quand vous ressentez quelque chose dans une situation donnée, écoutez-vous. Ce n’est pas faux. C’est votre intuition qui cherche à communiquer quelque chose avec vous pour vous protéger.

Soyez donc à l’écoute de votre ressenti. C’est cela aussi être à l’écoute de soi.

Voilà pour cet article qui, je l’espère, vous aura apporté quelques éléments pour apprendre à mieux vous écouter.

Et je terminerai par ceci: écoutez vous dans tous les cas. Vous, votre corps, votre ressenti, vos émotions et votre intuition.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »